Acquigny, le 26 juin 2008 : voie ferrée

Publié le par Acquigny Essor

 

« Mieux vivre à Acquigny » déraille !

 

 

 

Lors du conseil communautaire de la case du 26 juin 2008 un point de l’ordre du jour concernait tout particulièrement Acquigny, Amfreville sur Iton et la Vacherie : c’était le vote de la subvention à la région par la Case pour permettre de nouvelles études de liaisons par voies ferroviaires entre Rouen et Evreux. En clair M. Le Vern, président de la région, a fait du chantage à la Case en signifiant à M. Martin que s’il ne votait pas la subvention concernant ces études, la Case n’aurait pas celles pour ses divers travaux subventionnables par la Région.

 

Présent, lors de cette séance et donc du vote, nous avons pu constater avec stupeur qu’Acquigny comme Amfreville se sont et n’ayons pas peur des mots « dégonflés » en s’abstenant lors du vote. Nous pensons qu’un sujet aussi grave qui concerne d’aussi près les Acquigniciens nécessite une prise de position. Ceci n’a aucune cohérence avec leur décision du 22 mai 2008 d’adhérer au collectif des maires de la vallée de l’Iton contre le projet actuel de voie ferrée qui leur avait valu un carton vert de notre part qu’aujourd’hui nous regrettons.

Il faut savoir que ce n’est pas les trois délégués d’Acquigny qui auraient pu changer la décision de la Case mais ils auraient marqué un peu plus les esprits des Acquigniciens sur leur volonté à défendre les intérêts d’Acquigny dans ce cas précis mais aussi en général.

 

Nous ne comprenons pas la position de « Mieux Vivre à Acquigny » car ils avaient déclaré dans leur tract nommé « Quelques éléments de réponse aux questions… » pendant la dernière campagne ceci :

 

« MVA, l’association, a toujours défendu Acquigny et ses habitants contre les projets qui portaient atteinte à son environnement, à son cadre de vie, à sa quiétude. »

 

« MVA dès 2008 », la liste, défendra de la même manière, Acquigny et ses habitants, contre l’agression que serait la réhabilitation de la voie ferrée qui scinderait le village en deux. »

 

« Il est évident que nous sommes contre ce projet.»

   

            Quand on lit ce discours, on y croit vraiment !

 

Nous leur disons : « Respectez vos paroles et prouvez le nous ! »

Publié dans Voie ferrée

Commenter cet article