Acquigny, le 26 janvier 2009 : courrier à Monsieur le Préfet

Publié le par ACQUIGNY ESSOR


           Suite au refus de « Mieux vivre à Acquigny » d’organiser le service minimum, nous avons décidé, par l'intermédiaire d'un des nôtres qui était concerné, d’écrire à Monsieur le Préfet afin qu’il trouve avec Madame le Maire une solution viable pour la municipalité et pour les parents qui ne peuvent pas garder ou faire garder leur(s) enfant(s). Cette lettre a été faxée le lundi 26 janvier matin et ceci après avoir pris contact avec la sous préfecture des Andelys. C'est d'ailleurs elle qui nous a conseillé de faxer les documents afin de gagner du temps.

 

            Voici le courrier envoyé à Monsieur le Préfet :

                  

Objet : Refus de la commune d’Acquigny d’organiser le service minimum

 

P.J. : copie de la délibération du 11 septembre 2008

         copie du mot de la municipalité trouvé dans le cahier de liaison des enfants

 

 

            Monsieur le Préfet,

 

            Je me permets d’attirer votre attention sur le fait que la municipalité d’Acquigny ne veut pas organiser le service minimum lors de la grève des enseignants le jeudi 29 janvier 2009. Ceci pénalise de nombreux parents qui n’ont à ce jour pas de solution.

 

            Je suis extrêmement surpris de cette décision car le 11 septembre 2008 la municipalité avait pris une délibération entérinant la loi 2008-790 du  20 août 2008 créant un droit d’accueil au profit des enfants des écoles maternelles et élémentaires.

 

            J’ai rencontré Madame le Maire et deux adjoints le samedi 24 janvier qui m’ont confirmé qu’ils ne reviendraient pas sur leur décision de ne pas respecter la loi. Le motif exprimé par la municipalité est la sécurité des enfants. Madame le Maire dit qu’elle ne peut assurer dans de bonnes conditions la sécurité des 180 enfants. Ce chiffre est l’effectif maximum de l’école. Je doute fort qu’il y ait 180 enfants le jeudi 29 janvier. Madame le Maire m’a aussi dit que le conseil municipal avait pris la délibération du 11 septembre 2008 en ayant à aucun moment prévu le cas où tous les enseignants de l’école feraient grève.

 

            De plus, je leur ai proposé de voir avec le comité de parents d’élèves s’il n’y avait pas des parents qui pouvaient exceptionnellement leur donner un coup de main. La réponse fut que malheureusement la loi ne prévoyait pas cela et qu’il fallait que les personnes amenées à garder les enfants soient validées par l’Education Nationale. Alors je leur ai dit : « Et pourquoi pas des élus ? ». J’ai obtenu la même réponse.

 

            Monsieur le Préfet, plusieurs parents et moi-même comptons sur vous pour trouver une solution viable pour la municipalité d’Acquigny et les parents d’élèves.

 

            Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments distingués.


 

Publié dans Ecole

Commenter cet article