Acquigny, week end de Pâques : entretien de la commune

Publié le par ACQUIGNY ESSOR

NOUS AVONS REVE QU’UN JOUR

ACQUIGNY REDEVIENDRAIT PROPRE !

 

 

Beaucoup d’entre vous nous ont signalé, ce que nous avions déjà constaté, une sévère dégradation de l’entretien de la commune. Nous avons décidé de faire un reportage photo dans les rues d’Acquigny pendant le week-end de Pâques.

 

Pourquoi ce choix ?

 

Parce que lors de ce week-end Acquigny reçoit de nombreux visiteurs attirés par les manifestations qui y sont organisées : tournoi de foot, duathlon, foire à tout sans oublier la fête foraine. Pendant ces trois jours « Mieux vivre à Acquigny » devait donner à nos hôtes une excellente image de notre village.

 

Acquigniciens, devons nous supporter cette vision au quotidien ? Devons nous accepter ce choix politique nommé « économie » ? Nous payons des impôts pour vivre dans un cadre idyllique. Mais qu’en fait « Mieux vivre à Acquigny » ? Madame le Maire et son équipe préfèrent les placer en banque. Pendant ce temps là, le rythme de dégradation de notre environnement quotidien fera qu’Acquigny ressemblera à une favela d’ici quelques mois.

 

Les employés communaux chargés de l’entretien n’y sont pour rien. Au contraire ils subissent de plein fouet le choix politique de cette municipalité. En 2006 ils étaient quatre au lieu de deux aujourd’hui (le troisième étant en arrêt suite à un accident du travail depuis quelques mois). Le nombre de quatre employés semble aujourd’hui plus que jamais justifié.

 

Voici, ci-dessous une série limitée de photos d’Acquigny car nous aurions pu faire un album complet de ce désastre et nous n’avions pas été habitués à cela.


Que dire de ces dépôts sauvages qui, s’ils ne sont pas retirés rapidement, en appelleront d’autres.


 













Que dire, du semble-t-il béton, déversé sur le chemin partant « des grandes ruelles » et rejoignant la zone industrielle et dont un chien a eu les coussinets brulés.





















Que dire de cette nouvelle variété de fleurs qui orne les jardinières de la Pilleraie.

















Que dire des parterres de fleurs « place de l’église » et rue Aristide Briand à côté de la voie ferrée ou quelques bulbes de l’an dernier ont repoussé au milieu des mauvaises herbes.

 



















Que dire des tontes non effectuées sur les terrains communaux comme ceux des « Grands champs » et du Becdal qui risquent de devenir des nids à vipères.

 
















Que dire de l’entretien des abords des bâtiments comme l’église ou le vestiaire de foot.

 
















Que dire de cette entrée de village sur laquelle les industriels entretiennent leurs abords. Un contraste sans équivoque avec ceux de la municipalité.

 





Cet état désastreux de l’entretien communal est constaté aussi aux Planches, au Hamet et au Becdal.

 

« Mieux vivre à Acquigny » nous avait promis qu’on vivrait mieux à Acquigny. Quel constat ! Un an après leur élection ! Acquigny n’est pas prêt d’obtenir une fleur au concours des villages fleuris. Nous leur conseillons d’éviter d’inscrire notre Commune à ce concours. La vision nous suffit, évitez-nous l’affront !

 

Publié dans Gestion communale

Commenter cet article